Les Violoncelles Seuls sur Paris-Move.com

Posted on

Les violoncelles seuls, un disque * * * *  sur www.paris-move.com ! La chronique de Patrick Dallongeville :

parismove_apercu

« Voici bientôt trente ans, j’ai suivi trois semaines de formation à l’aquarelle. L’atelier où je prenais mes cours se situait à Paris, rue de Charenton, dans le quartier Bastille. Tous ceux qui se sont un jour immergés dans la pratique picturale le savent : on n’y voit pas passer les heures, et je coulais donc des jours tranquilles et passionnés, non loin du Faubourd Saint-Antoine. Sauf les mardis et jeudis après-midi, car le mari de ma prof y donnait, dans l’appartement du dessous, des cours de violoncelle. Et personne n’ignore combien cet instrument peut s’avérer crispant, dès lors qu’il n’est pas maîtrisé. J’en avais donc conçu une haine farouche envers cet engin de malheur, sentiment qui m’accompagna pendant presque le quart de siècle suivant. Est-ce le spectacle de Rostropovitch au pied du Mur de Berlin défait ? Ou celui de ces violoncellistes inconnus qui viennent jouer partout où se produit un attentat ? Toujours est-il que (comme pour la variété italienne, mais pour d’autres raisons) je suis revenu depuis sur mon aversion initiale. Et le motif en est plus prosaïque : j’ai assisté à trois concerts du trio lillois l’Hapax. Cette formation guitare-piano-violoncelle bousculait non seulement le format des musiques dites actuelles, mais également les certitudes auxquelles s’arc-boute le plus borné des rockers. Le violoncelliste de l’Hapax, c’était Timothée Couteau. Son premier album en solitaire le voit emprunter des tonalités tour à tour orientales (“Téhéran”, “Arabesques”, “La Dernière Étoile”), yiddish (“Polygones”) ou baroques, et son écoute achève d’emporter l’adhésion. Si ce n’est certes pas l’instrument qui vous fera guincher la Danse des Canards à la Ducasse à Pierrot (ouf), les douze pièces instrumentales où se répondent les violoncelles de Timothée Couteau campent des décors dont on ne s’étonnerait guère qu’ils aboutissent en musiques de films (Monochromes”, “Les Miroirs Étranges”, “Le Tapis Volant”). Atmosphérique et captivant. »
.
Patrick Dallongeville
Paris-Move, Blues Magazine, Illico & BluesBoarder

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *